Too Paris

Il s’appelle Thinh Souvannarath, mais vous le connaissez sûrement sous le nom de Little Shao. Photographe professionnel basé à Paris, le trentenaire est spécialisé dans la « street photographie » et met régulièrement en scène les acteurs de la culture urbaine internationale.

Avec près de 98.000 fans sur Facebook, c’est d’ailleurs sur ce réseau social qu’il a commencé à se forger une forte réputation, en y publiant la plupart de ses prises de vues.

Autodidacte passionné, Little Shao s’adonne à la photographie depuis une dizaine d’années. Il commence ses premières prises de vue avec l’appareil argentique de son père, qui lui transmet sa passion pour la photographie. De 1997 à 2005, l’artiste d’origine vietnamienne pratique le hip-hop et obtient le surnom de « Little Shao » – pseudonyme qui ne l’a jamais quitté depuis.

Le B-boy danse pendant plusieurs années avec son groupe d’amis, jusqu’au jour où il décide d’immortaliser les mouvements et acrobaties de son crew. Dès lors, il ne quitte plus son objectif et capture fréquemment des battles et autres prestations de danse, en parallèle de ses études de commerce à l’ESG Paris.

C’est seulement en 2006, après un bref passage dans le monde de la finance, qu’il se consacre pleinement à sa nouvelle passion. C’est tout naturellement qu’il choisit de se spécialiser dans la photographie de danse, et c’est tout à son honneur. Grâce à son passé de danseur, le jeune photographe se différencie de ses collègues en apportant une vision unique de la danse. Les positions, les attitudes et les enchaînements chorégraphiques n’ont plus de secret pour Shao, qui sait toujours attendre le moment opportun pour enclencher son appareil.

Moscou, Rio de Janeiro, Cuba, Milan… L’artiste parcourt le monde et collabore avec les plus grands noms de la danse. La soliste Misty Copeland, les danseurs d’Alvin Ailey et les chorégraphes de Michael Jackson, Beyonce, Justin Bieber ou encore Madonna sont, entre autres, déjà passés devant son objectif. Little Shao ne se limite pas pour autant aux danseurs :

« Je travaille beaucoup avec des danseurs, des mannequins, des acteurs, des chanteurs, et des DJs, donc je peux dire que mes sujets principaux ce sont principalement les artistes ».

Il est d’ailleurs très fréquemment contacté par des artistes du monde entier, via sa page Facebook.

À travers ses travaux photographiques, il cherche avant tout à pénétrer dans l’univers de ses sujets, raconter une histoire, sublimer les corps en mouvement. Little Shao développe un certain sens du détail, qui ne laisse pas ses spectateurs de marbre. Curieux de tout et créatif, l’autodidacte sait se montrer perspicace et aime se lancer des défis. Ce n’est pas pour rien si sa devise est « My favorite picture I’ve taken is the one I will take next » (comprendre « Ma photo préférée est celle que je n’ai pas encore prise »).

Dans un milieu où la concurrence est rude, le photographe a su se créer une place de prestige, et figure aujourd’hui parmi les plus grands noms de la photographie de rue, bien qu’il s’adonne aussi à la photographie publicitaire, de mode et même évènementielle. Il a déjà couvert de multiples évènements comme Rock en Seine, les Solidays, le Street Fighters World Tour et The Norotious IBE, pour ne citer qu’eux.

Mondialement connu et reconnu, Little Shao a pour particularité de partager en direct ses séances de prises de vues, notamment à ses 92.000 abonnés sur Instagram. Il a déjà collaboré avec de nombreuses agences, telles que Fun Radio, Redbull, Puma ou encore Emmaüs, et est l’ambassadeur des marques Nikon, Profoto, Lowepro et Surface Pro 4.

Depuis 2013, il expose certaines de ses séries à Milan, Amsterdam, Bruxelles et récemment Paris, où il a présenté ses photos des battles de hip hop de la dernière édition de la Nest Urban Legend du 1er au 20 mars 2016.

Source : http://www.influenth.com/little-shao-le-photographe-le-plus-convoite-de-facebook/

 

LIENS :

http://www.littleshao.com
https://www.facebook.com/littleshaophotographer/
https://www.youtube.com/results?search_query=little+shao

 

Aller à la barre d’outils